Home

Hier je me baladais à dos d’ornithoryinque à paillettes dans un désert urbain printanier, une cymbale en guise de chapeau, tout en sirotant par les oreilles une hémoclubing à vous faire désaccorder les tympans.

Voilà le genre d’effets que produisent sur un corps sain les expérimentations des Inrocks Lab. Une série d’hallucinations visuelles mais surtout sonores qui ont tranbordé un public pour le moins éclectique.Je vous raconte tout !

    • Petit tour d’horizon et décryptage

Hier soir l’équipe des Inrocks Lab confiait pour la troisième année consécutive son open-mic au Transbo pour y organiser son concours SOSH AIME LES INROCKS LAB 2015. Le principe ? Les huit groupes sélectionnés cette année s’affrontent dans les règles de l’art – l’ambiance était amicale, je vous rassure – devant une foule dans laquelle se cachent… les jurys! Chaque groupe dispose de 20 minutes pour réaliser sa line check en live et pour repeindre la salle et les cœurs aux couleurs de son blason. Un exercice pour le moins technique et stressant pour les artistes en lice qui nous avaient réservé quelques petites surprises instrumentales… Je ne vous en dis pas plus pour l’instant !

    • Les nouvelles drogues de synthèse made in l’Inrocks Lab

RAPHAËL HERRERIAS : atmosphère érotique !

20 minutes et un véritable petit show à eux tout seul. Lorsque je vais à un concert la musique est au centre de l’expérience recherchée. Cependant les quatre beaux gosses ont bien compris une chose : un concert, c’est aussi un spectacle. Ces hommes là ont tout pour être des monstres de scène. Très expressifs,sensuels pour ne pas dire érotiques dans leurs voix comme dans leur gestuelle, ils nous ont offert une scène théâtrale tout en restant élégants. Des instruments à la voix tout est maîtrisé, et le groupe nous fait partager son univers.

« De sa voix racée, Raphaël raconte ses chansons d’aventures. Ses El Dorados rutilants, il les révèle au détroit des poésies impressionnistes et des complaintes naïves. Ses histoires aux souffles long inspirées des parfums au cou des filles. […] rock langoureux, mélodies Nelson, funk blanc »  Raphaël Herreias

ÖDLAND : hypnose folklorique [coup de coeur !]

Romantique, sans étiquette, Ödland surf sur la vague du vintage et remet au goût du jour certaines choses anciennes souvent mises de côté par la musique actuelle allant du vinyle 45 tours aux jouets pour enfants. Coiffée de couronnes de crayons de couleurs ou de fleurs, ils ont emplis la salle de mélodies grinçantes aux accents traditionnels. Ils promènent avec eux tous leur univers et maitrise l’art de la mise en scène et ont hier hypnotisé le public avec leurs comptines chantées par des poupées de cire plus softgrunge que vintage.

BLACK LILYS : prêtresse de la cymbale !

Camille et Robin sont frère et soeur. Lorsqu’ils arrivent sur scène, ils semblent amener dans leurs étuis un public déjà conquis. Pleins d’assurances, ils mettent l’ambiance : la salle leur appartient. Elle est pieds nus et semble tisser de la soie avec ses doigts, les paupières baissées, comme si elle pouvait voir la musique se dessiner derrière elles. Loin d’être fragile, Camille est une guerrière indienne. Sa voix et leurs rythmes vous prendront aux tripes : laissez les prendre possessions de vos oreilles !

BY THE FALL : le parfum des feuilles d’automne et de la terre mouillée

Vous avez aimé Into the Wild et les mélodies railleusement mélancoliques d’Eddy Vedder ? Ça y est, vous êtes, sans artifices, sans manières, une voix authentique vous emmène en voyage. Un style automnal intemporel qu’on ne se lassera jamais d’écouter. Voilà, la pression de la ville redescend, vous êtes chez vous, avec celles et ceux que vous aimez. Respirez.

DEAR POLA : folk de velours 

Timide, sensible et simple, Dear Pola sait comment toucher la corde sensible. Son style abstrait, moins expérimental que lunaire, vous laissera rêveur. Fermez les yeux, et écoutez.

ODESSEY & ORACLE : frisson kitch !

Originale avec ses faux airs hippie, cette formation colorée offre des mélodies aussi inattendues qu’étranges, presque glauque, qui raviront les amateurs de musique à atmosphères !

LADYBUG AND THE WOLF : une fleur pousse entre les pavés lyonnais

C’est printanier ! C’est frais ! Ce duo pop-folk fera pousser un jardin miniature dans vos cœurs alourdis par le bitume de la ville.

SIN TIEMPO : electronic pop !

Publicités

Une réflexion sur “les Inrocks Lab au Transbo – Shout Out

  1. Pingback: Myster rap, sa bande jazz | les Paperoles de Céleste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s