Home

Ce mardi 14 avril se tenait à l’Antre Autre la finale du championnat de Slam Rhône-Alpes. Nous étions un peu à l’étroit à l’étage, et il faisait chaud. Certains rêvaient déjà de conquérir la scène du Transbo après ces cinq mois de compétition passés à animer la foule des bars lyonnais de La Faute aux Ours et du 6ème Continent. C’est dans une ambiance chaleureuse et passionnée, et devant les oreilles étonnées de quelques néophytes, que les slameurs et slameuses en lice ont remis en jeux pour la dernière fois de la saison leur place dans le classement. Un peu de bière, quelques tartines de brie au miel et une bonne dose de vannes bonne enfant, il n’en faut pas plus pour préchauffer le public.


Ce soir sur scène, il y avait le ponctuel Bastien Jules que le trac n’atteint jamais. De sa voix sage il nous raconte une histoire d’amour sur le mode de la fable, celle d’une femme qui attend son homme détenu en prison « pour une histoire de con ». Un homme qui « s’est fait la belle pour pouvoir revenir vers toi à tire-d’aile. » Ca y est, le voyez-vous ce bagnard, ce Jean Valjean, cet amant, rien de plus qu’un homme en somme, qui désespère de vous revoir un jour ? La sentez-vous cette femme qui « ne lui dira jamais de se rendre« , sentez-vous son cœur se serrer et battre les temps, battre le temps dans sa poitrine pendant qu’elle lit sa lettre, qu’elle guète à la fenêtre ? Moi, j’ai vu ces deux personnes, j’ai aperçu le fugitif à l’autre bout du bar. « C’est ton homme ! » a crié Bastien Jules, comme une sentence, celle du cœur. « Et quoi qu’il advienne, tu l’attendras, c’est juré.« 

Moins sentimentale, Barbie Tue Rick a préféré nous présenter une critique de société plus grinçante. Elle se moque allègrement de nos manies d’individus hyperconnectés, de notre surexposition sur les réseaux sociaux, des relations humaines déformées. Et l’auditoire reprend en cœur son refrain : « tant qu’t’es conne, et qu’t’es conne, et qu’t’es connectée« . Et je vois des regards qui se tournent vers moi qui prend des notes pour mon article sur mon portable, et je sens que pour tous ces gens le message de Barbie Tue Rick est passé, bien plus clair que n’importe quel Twit, que n’importe quel statut Facebook. Ce soir j’en suis convaincue, la voix vive a vaincu le texte vide. On retiendra également son timing parfait : 3 minutes 8 secondes, juste à temps pour éviter les pénalités !

Grisppal, plus introspectif, a préféré nous parler de lui, de son expérience de la vie. Tendre et mordant à la fois, il s’est révélé tout en abordant la question de la complexité de la personnalité humaine, toujours duelle, marchant sur une faille. « Divisé entre amertume et dévouement, j’suis une montagne fragile, quand j’prends la plume ça sent l’éboulement » Mais notre slameur, loin de tomber dans un registre plaintif, sait rire de sa condition et faire partager au public le sourire qui ne quitte jamais ses lèvres. « Est-ce utile de rappeler qu’moi c’est GRISPPAL, pas David Beckham ? » Entre définition et autodérision, il nous livre sa vision des slameurs qui constituent sa bande de copains : « Une sale troupe de casse-couilles dont seuls les écrits parlent | Absents car dépassés, trop ignorants pour acquérir les aptitudes | Sociales et séductrices, le doute squatte cœur et caleçon | Donc on rêve de beaux yeux qui n’savent pas encore qu’ils le sont | Bref, tu t’demandes qui on est ? Maintenant, tu vois l’genre | Poètes à plein temps, donc clairvoyants intérimaires« .

Pour ce qui est de Zit Zitoon je vous laisse découvrir par vous même sa voix et ses textes qui n’ont pas besoin d’être désossés ni retranscrits : la 5ème Saison !

Quand Phosphore se lève le public crie son nom. Fidèle à lui-même il nous explique d’où vient son nom de scène. Un texte poétique truffé de références littéraires mais néanmoins populaire dans lequel se côtoient Baudelaire et Jimmy Neutron. « Phosphoros signifie porteur de lumière […] lampadaire de l’éther, j’éclaire les bords […] marcher ne m’fait pas peur, faut s’faire à l’asphalte […] En alexandrins boiteux j’rime le morose | crible les barreaux avec des barils d’épines de roses | pas d’cocaïne, c’est du William Burroughs | j’délivre des doses de polaroids oraux […] tous ces météores m’enivrent encore de leurs livres sonores | le diamant sur la platine, les lignes qui s’animent » Une belle performance récompensée par le jury : aucune note en dessous de 9 sur 10 !

Gabie Gaby, qui sera sur la scène du Nombril du Monde le 30 Avril cette fois en tant que comédienne, nous a fait une démonstration théâtrale sur le thème de l’hystérie amoureuse. Gabie Gaby est un petit phénomène à elle toute seule. Jouant aussi bien avec les rythmes qu’avec les mots, elle sait rendre ses textes à la fois vivants et accessibles. Le public rit aux éclats et elle décroche un 10/10 parfait de la part d’un membre du jury. Pour ne retenir qu’une seule belle formule (et il y en a eu beaucoup), je mettrais l’accent sur ce trait d’esprit qui réaffirme son caractère unique : « dans mon petit coeur tout ce qu’il y a à changer, c’est le toi ».

Enfin, Kopodmo a ému le public entier avec un texte sur la fête des mères. Si sa voix s’est brisée à plusieurs reprises le public a préféré en rire, visiblement attendri par ce petit bout de femme qui, malgré l’émotion, a mené sa performance jusqu’à son terme.


Et maintenant, le moment que vous attendiez tous, les résultats :

Médaille d’Or: Gabie Gaby
Médaille D’argent: Cocteau Molotov
Médaille de Bronze: Zit Zitoon
4ème: Barbie Tue Rick
5ème : Phosphore


Ces 5 poètes représenteront Lyon sur différents tournois nationaux: La coupe de la ligue slam de France à Rennes, le championnat francophone du mans, le So What à Vitry, le micro de bois à Aubagne. Un immense bravo à tous et rendez-vous l’année prochaine pour le prochain championnat et de nouvelles scènes ouvertes !

N.B. – suite à un dysfonctionnement de wordpress je suis pour l’instant dans l’incapacité de joindre photos et vidéos directement à l’article. J’espère pouvoir le mettre à jour dans les plus brefs délais. En attendant, elles seront disponibles en exclusivité pour les abonnés de la page Facebook des Paperoles !

Publicités

2 réflexions sur “Championnat Slam Rhône-Alpes: la finale

  1. Pingback: Myster rap, sa bande jazz | les Paperoles de Céleste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s