Home

Elle s’avançait entre les troncs,
L’épiderme piqué d’ambre brun,
Ses pieds nus frappant le sol,
Des bandages à ses chevilles,

Elle trébuchait sur les racines,
Foulant les feuilles chuchoteuses
Sur les bancs des messes noires.

Encapuchonnée dans son linceul,
Drap souillé de noces tragiques,
Ses lèvres glacées suppliaient des baisers.

Une dent de lait pour amulette,
Et des fleurs séchées à son corsage,
Elle allait purifier son linge.

Une ombre la suit.
Blême-Banshee mêle murmure de pleurs
Dans l’œil-lac, miroir noir piqué du pâle anneau lunaire
Qui l’englobe et la noie.

A l’orée du bois, le Sylphe,
Diaphane feuille d’automne
Dont le temps n’aurait laissé que le veinage,
Iris couleur d’écorce, austères emblèmes de noblesse,
Observe.

Des branches de cristal
Orientées vers le ciel
Saignent de ses tempes,
A la fois sceptres et couronne.

La boucle du manteau mortuaire se brise
Et le linceul s’évapore dans les eaux troubles.

Du Sylphe,
Une pâle lueur se met à crépiter
A l’endroit cœur.

Il extirpe de sa poitrine,
La lame Gabrielle,
Et de ce pinceau lumineux,
Scinde les cieux,

En deux toiles jumelles
Qu’il déploie sur ses yeux.

Publicités

2 réflexions sur “Apparitions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s