Home

Dans le wagon
Tous des airs d’éclopés

Faut dire que ça fait cinq heures
Qu’on n’a pas clopé

A se regarder en biais :
Qu’est-ce que tu fais là toi ?
T’avais personne pour t’emmener ?
T’avais personne pour t’aimer ?

Défilent
toutes ces maisons qui portent ton visage.

Les voitures
vides de toi
Longent le périph

Et nous distancent.

Leurs phares sont des cierges dans la nuit.

Nous tournons nos regards aveugles au ciel
Au chant du Haut-Parleur
Qui recouvre nos yeux sans paupières
De son requiem.

Nous approchons du terminal

Ton rire déraille
Et tes dents crissent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s