Home

Sur les tréteaux d’argent saveur de fers
Son linceul s’effile, miettes de comète.
Le soleil a laissé sur ses lèvres une cloque de cigarette.
Le soleil a laissé sur ses lèvres le sceau des enfers.

Le trou noir de sa pupille dilatée
Est éclipsé par un couvercle blanc.
Les larmes sèchent moins vite que le sang.
Estelle, presqu’étoile s’apprête à é-cla-ter.

* * *

Parce que la Terre est encore loin du soleil
Lorsque l’une sombre, l’autre… s’éveille !

Elles ne feront pas l’amour, ce soir.
Des années lumière les isolent,
Elles n’adorent pas la même idole !
Peur blanche du voile noir…

Sol’ange ou sol’haine,
Quel est ton nom ?
Martyre ou bien reine,
Quelle est ta nation ?

Avais-tu vraiment besoin… de lui poser la question ?
Nous sommes nées sous la même constellation.
Etoile ou soleil, qu’importe ?
Tout ce que je souhaite, c’est t’ouvrir ma porte.

Je veux faire le Paris
Que demain nous rirons.
Suomi a peint notre galaxie :
Une guirlande d’agglomérations.

En pointillés, sur un drap bleu
Des pépites d’or ont coagulé
Là où le sang, jadis, avait coulé.
Tourne tes regards vers les cieux.

Mais, avant de te demander si tu es seul dans l’univers,
Apprend à vivre avec les habitants de la Terre.
La pollution lumineuse des enseignes des grands magasins
T’empêcherait-elle de voir ton voisin ?
Toi qui marches sur les grands boulevards
Ne te laisse pas éblouir par la lueur des phares…

L’une baigne dans un puits de lumière
L’autre se noie dans une lampe à pétrole.
Elles étaient pourtant heureuses, hier,
Assises en terrasse de la mégapole !

À l’aube de la Cop 21
Nous avions joint nos mains,
Et les rayons infrarouges de la chaleur humaine
Incendiaient encore mes nuits d’obsidienne.

Solène, Solange ou Estelle
La voûte céleste est un porche
Où vacillent cierges, bougies et chandelles
Mais que jamais n’atteignent les torches.

***

Ce soir, mon corps astral,
Supernova à effondrement de cœur,
Quitte la Voie lactée dans un faisceau spatial,
Pour aller s’éteindre, ailleurs.

[Décembre 2015]

Publicités

Une réflexion sur “Quasar

  1. Pingback: Je ne se sent pas chez vous parmi les Hommes | les Paperoles de Céleste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s